Gard-Linux

Soirée du 29 janvier 2013 en résumé

Bonjour à tous !

Pour donner envie, voici un aperçu des discussions de la soirée de mardi dernier, le 29 janvier 2013:

  • Message d'erreur lors des tests au boot sur une machine Dell
  • Partitions d'un disque: différence entre partition primaire et étendue, quel impact pour l'utilisateur
  • Dual boot bi-linux un seul répertoire /home/usr possible ?
  • KDE: un plasmoid de type taskbar avec des icônes non empilables, ça existe ?
  • Et toujours: les distros des adhérents

Vous voulez en savoir un peu plus ? Alors allez vite voir la suite de l'article !

1. Message d'erreur lors des tests au boot sur une machine Dell

Les portables Dell (et les fixes peut-être ?) proposent en appuyant sur la touche F12 au démarrage de prEcran bleu de bugocéder à des tests matériels. Soyons clairs, le test le plus long est celui de la mémoire vive.

Sur l'une des machines présentes ce mardi soir, ce programme de diagnostic affiche de temps à autre un message d'erreur. D'où ça vient, que faut-il faire, telle et la question qui se pose.

Au premier abord, mais les spécialistes pourront nous contredire, déterminer les conditions dans lesquelles ce message d'erreur se produit; identifier s'il concerne toujours la même barrette (s'il y en a plusieurs évidemment :-)).

En l'occurrence, le problème semblait se produire de préférence quand le portable tournait sur batterie.

On peut répéter les tests pour confirmer; si on a l'âme un tant soit peu bricoleur, on peut ouvrir la bécane pour tester en retirant alternativement une barrette de mémoire puis l'autre. Faire attention à la marque, aussi, car toutes les marques ne se valent pas. En profiter pour vérifier que les caractéristiques des 2 barrettes sont concordantes entre elles et avec les capacités de la machine.

Si on hésite à ouvrir soi-même, alors au choix:

- le faire faire par un ami bricoleur ou

- trouver une association (pourquoi pas Gard-Linux)

- s'adresser dans l'une des nombreuses boutiques de PC qu'on a sur Nîmes.

2. Partitions d'un disque: différence entre partition primaire et étendue, quel impact pour l'utilisateur

Quand on veut installer un nouveau système d'exploitation tel que Linux sur un ordinateur, sachant qu'ils sont presque tous fournis avec un système déjà installé (Windows, peut-être ?), on est fatalement amené à faire de la place sur le disque dur pour ce nouveau système, c'est qu'on appelle partitionner son disque.

Si en plus on veut suivre les recommandations des puristes, on va créer au moins 3 partitions lors d'une nouvelle installation Linux:

  • la partition racine ou "root" : le "/" qui contiendra les programmes et paramètres du système (en gros...)
  • la partition "home", celle qui contiendra les données des utilisateurs = ses courriers, sa compta, etc
  • la partition "swap": elle correspond au fichier d'échange qu'on trouve sous Windows. C'est une partie du disque dur ou l'ordinateur va décharger temporairement sa mémoire vive quand elle est trop pleine.

Nous touchons là une limitation technique des disques PC: le "master boot record' ne supporte que 4 partitions primaires.

Il faut savoir que quCapture écran programme GPartedand on commence à s'intéresser à Linux, on a souvent l'envie de tester plusieurs distributions. Or, déjà pour une seule distro, on atteint les 4 partitions.

On est donc presque toujours amené à devoir créer, parmi ces 4 partitions primaires, une partition étendue. Ce qu'on appelle une partition étendue est une des quatre partitions primaires mais spécifiquement dédiées à recevoir non pas directement des données mais plutôt d'autres partitions, dites partitions secondaires ou logiques; ce sont ces dernières qui contiendrons les données. Ce type de partition est prêt à accueillir autant de partitions secondaires que l'on veut.

Partition primaire ou partition étendue: l'impact pour l'utilisateur est très faible mais il faut savoir un certain nombre de choses, au risque de se trouver dans des situations inextricables.

  • certains ordinateurs ne peuvent booter que sur des partitions qui commencent en dessous de la barre des 120 Go. Si vous montez une partition Linux qui commence, par exemple, au 2ème quart d'un disque de 1 To, vous risquez de ne pas pouvoir booter sur cette partition.
  • redimensionner / déplacer une partition: à condition de rester dans un espace contigu, c'est tout à fait possible avec le programme parted et son interface graphique gparted mais il faut savoir que ça peut être très long.
  • changer l'ordre des partitions: contrairement à l'opération ci-dessus, il s'agit de faire du saute-mouton entre partitions, d'en changer l'ordre sur le disque dur. Vous verrez, on a souvent envie de faire ça quand on se met à préférer une nouvelle distribution plutôt que la vieille distro qui arrivait en bout de souffle.
    Dans ce cas, il faut se méfier car ce n'est pas véritablement un déplacement dont il s'agit, mais un "couper/coller". Alors les numéros de partitions, ainsi que leurs identifiants UUID, vont changer. Il faudra alors impérativement refaire un update-grub derrière avant tout redémarrage, sous peine de ne plus pouvoir booter sur les partitions déplacées.

 3. Dual boot bi-linux, un seul répertoire /home/usr possible ?

Dans la même perspective que ci-dessus, peut-on garder la même partition /home quand on installe une deuxième distribution ?

Les discussions ont évoqué 3 problèmes potentiels à faire cela:

  • logiciels applicatifs de versions différentes et incompatibles: ça peut foutre le boxon dans vos données et fusiller un fichier auquel vous teniez beaucoup.
  • variante: plugins différents et incompatibles, par exemple dans Thunderbird ou Firefox
  • pb des userid: selon l'ancienneté d'un install par rapport à l'autre et l'existence de plusieurs utilisateurs, monsieur Patate risque de ne pas avoir le même userid d'une install à l'autre. Il ne sera alors plus le propriétaire de ses fichiers. Explication: sur la 1ère distro, son compte utilisateur porte l'id = 1000, le plus courant. Sur le second système, il fait des tests avec un user "carotte"; celui-ci aura l'id 1000. Quand il voit que ça marche, il crée son compte patate, mais il aura l'id 1001. Si bien que patate sera le propriétaire des fichiers sur system1, et carotte sera le propriétaire des mêmes fichiers sur system2, et patate n'aura aucun droit dessus dans system2.

En résumé, avoir un seul répertoire /home entre 2 installations, c'est déconseillé mais ça peut marcher. À vos risques et périls...

4. KDE: un plasmoid de type taskbar avec des icônes non empilables, ça existe ?

Etant plutôt orienté lxde et xfce, et Archlinux depuis peu (raspberry pi oblige), je n'ai pas saisi toutes les subtilités de cette conversation.

C'est pourquoi, pour ce sujet, j'ai interviewé notre spécialiste du domaine.

En conclusion, il semble qu'à l'heure actuelle, dans les versions actuelles, ce ne soit pas disponible.

5. Les distributions des adhérents

Voici un extrait des distributions des adhérents:

  • Les plus fréquentes
    • Ubuntu / Debian / Archlinux
    • Rosa / Mageia / Mandriva
  • moins nombreuses:
    • Fedora / SuSE

Liste non exhaustive, bien sûr ;-)


Des recherches sur Google vous donnerons infiniment plus de renseignements ; mais c'était pour vous donner un aperçu de quelques discussions prises sur le vif mardi dernier.

Alors, à la prochaine ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Fil d'Ariane

Vous êtes ici : Accueil Plan du Site Articles News Soirée du 29 janvier 2013 en résumé